Tentative#1 devenir corbeau

Au début de nos recherches nous nous sommes intéressés au territoire de la ville de Mulhouse, à sa faune et sa flore. Après une conférence avec la mairie et ses habitants, nous avons constaté que certaines espèces animales tel que le corbeau, était mal perçu par ses habitants puisque ces corvidés envahissent de façon groupé des lieux précis.

Nous avons pu voir les dégâts dans les quartiers du Wolf-Wagner, du centre historique mais aussi près de la Filature. Ces oiseaux sont pourtant essentiels dans la chaîne alimentaire et pour notre biodiversité. Le comportement des corbeaux nous a interpellé car il incarne une posture et on des attitudes proche de celle de l’Homme.

« La condition originelle commune aux humains et aux animaux n’est pas l’animalité, mais l’humanité. » Eduardo Viveiros de Castro

En effet, notre relation à l’animal est en réalité la recherche d’un langage commun qui oblige chaque interlocuteur à aller vers l’autre, à devenir l’autre. L’Homme pouvant alors se faire corbeau, mais aussi sanglier, oies cendrées ou chien.
Le corbeau nous intéresse par sa proximité immédiate avec les espaces de l’Homme, la ville, et les rapports de dominant/dominé qu’il y entretient. Il gonfle son torse lorsqu’il veut s’imposer dans sa communauté. Puis, agite la tête de rapides gestes pour communiquer à ces congénères. Curieux, joueur mais aussi doté d’une grande intelligence, cet animal se déplace en groupe et plane au dessus de son territoire, le nôtre. Nous nous sommes emparé des attitudes et comportements du corbeau que nous avons incarné lors d’une performance. Le travail de Marey avec ses chronophotographies de cheval ou d’ouvrier frappant un marteau était une base dans notre travail de recherche, pour comprendre et décortiquer les moindres mouvements de l’oiseau.
Ce travail a donné lieu à une série de photographies qui seront montré en extérieur à Mulhouse, dans le jardin situé derrière la scène nationale,LaFilature.